• 0900000000
  • contact@academie-voyance.fr

Blog

Voyance pour couples

La lecture des cartes implique toujours une responsabilité, tant pour ceux qui bénéficient de cette analyse que pour ceux qui étudient activement l’avenir. La frontière est évidemment dans le bon sens et surtout dans le fait d’admettre ses erreurs. L’infaillibilité n’existe pour personne et cela nous rend toujours partiellement vulnérables. Le fameux libre arbitre, assure que la liberté de choix reste toujours à ceux qui cherchent des conseils du Tarot. Les Arcanes indiquent un chemin déjà tracé par qui se trouve à l’intérieur d’un dilemme ou d’un problème et développent un potentiel intrinsèque au sujet, qui s’il persiste avec un tel comportement, aura un certain développement qui ne pourra changer que selon ses choix concrets. L’attitude mentale avec laquelle vous traitez les problèmes est cruciale pour admettre et reconnaître vos erreurs. L’avenir sera déterminé par ces éléments de conscience qui, s’ils sont niés, donneront continuellement les mêmes problèmes de non-réalisation. La carte la plus emblématique en ce sens est Le Pendu : ce qui indique un état de blocage, d’empêchement, qui dépend souvent du sujet lui-même. Le dépassement de cette étape de stagnation sera détecté par le « Mat », indiquant un nouveau commencement de l’esprit et de la vie. Cette étape importante sera le résultat d’une forte maturation intérieure, mise en évidence par ceux qui peuvent capturer avec le Tarot, ces délicates nuances émotionnelles.

Médium rare

En lisant l’avenir, le frein que je rencontre souvent est une idée préconçue. Le jugement limite toujours sévèrement la connaissance réelle de la vie. Avoir des idées, des émotions est humain et compréhensible, alors que lorsqu’on a la conviction absolue que l’on a raison de donner une opinion, voici un mécanisme adverse. Je me souviens en ce sens d’une fille déterminée et sûre que son partenaire la trompait, car elle était très attentive à son apparence. Son point de vue aveugle était que si un homme est agréable et se soucie des autres, il est infidèle. Principe qu’elle a toujours eu pour une trahison subie dans le passé. Son acidité, sa tension et son ton souvent accusatoire ont permis qu’après diverses discussions sur le sujet, ils se quittent. Du Tarot au contraire, il était un compagnon tranquille, malgré sa vanité. Malheureusement, cette mentalité obtuse de sa part l’a amenée à croire que tout était prémédité : même les querelles, afin qu’il puisse avoir une excuse pour choisir une autre fille. Malgré mes assurances, je garderai cette pensée fixe qui est la vôtre pour pouvoir dire qu’elle avait raison. Quelques mois après la fin de la relation, il a commencé une nouvelle relation et ce fut une preuve irréfutable, qui était concrètement un papillon. Peu de temps après, il m’a rappelé au centre d’appels pour enquêter sur un nouveau petit ami : toujours avec le même dilemme. Ce n’est pas par hasard qu’elle a mis fin à la relation pour les mêmes problèmes : une pensée persécutoire et négative qui l’a isolée d’avoir une relation saine. Chacun est seul et il n’y a pas de dogme absolu pour juger quelqu’un sur la base d’éléments superficiels. Ceux qui font cela, et qui ne se rendent pas compte qu’il y a beaucoup plus, auront une vie très pauvre, à tous les égards.

Voyance exceptionnelle

Le flux d’énergie dans les cartes est conditionné par plusieurs facteurs : tout d’abord les peurs et faiblesses cachées qui permettront de forger la lecture sur ces éléments. C’est pourquoi ceux qui posent des questions sur leur avenir doivent coopérer activement et sincèrement. Ce n’est que de cette manière qu’aura lieu la relation synergique optimale : exactement quand la pensée du postulant, elle sera en harmonie avec les Arcanes et ceux qui interprètent le tableau cartomantique.

Une voyance exceptionnelle n’est pas un hasard !

Ce « triangle » entre les différents éléments représente la bonne alchimie et la force pour prédire les événements. La capacité est donc de savoir comment créer cet état d’esprit de collaboration et de clarté : l’écoute profonde, le dialogue, seront donc essentiels. Il y a souvent une sorte de prévarication, où ceux qui cherchent de l’aide ne veulent en fin de compte que se défouler avec des monologues, dans certains cas même avec des voyants qui se laissent aller sans donner de place aux besoins de ceux qui dépendent d’eux. Ces excès ne seront évidemment pas satisfaisants : au contraire, ils ne peuvent que créer plus de confusion ou d’anxiété. Comme on l’a dit à maintes reprises, il y a une double responsabilité, qui doit être mesurée dans la bonne mesure. Le Tarot ne remplace pas les autres dans aucun rôle : c’est un canal puissant qui doit nous conduire vers une vérité et une clarté de l’action présente et future.

Voyance extralucide

Comme toute passion, même la lecture des cartes demande beaucoup d’énergie… Emotionnelle, empathique, sensations liées au symbolisme des arcanes… Chaque jeu, même s’il est composé des mêmes éléments, a sa propre charge intrinsèque… Parfois, en fait, on perd en intensité et en synergie et on doit le changer. Il n’est pas possible de calculer un temps précis mais, lorsque les cartes ne répondent pas, je dois intervenir dans le changement… D’autres facteurs peuvent aussi influencer : par exemple, le client confus, agité et nerveux… Dans ces cas il vaut mieux ne pas faire la consultation et attendre ou au moins essayer de se contrôler. En cas de tension extrême, j’agis comme une « éponge » et j’absorbe les vibrations non positives qui se reflètent ensuite dans la clairvoyance, créant un cercle vicieux désagréable. En guise de conseil, il est préférable d’attendre un état mental et émotionnel plus serein avant de faire face à tout choix.

 

Tarologue rare

Pour comprendre l’efficacité et la bonne utilisation de la Cartomancie, il faut d’abord partir d’un équilibre mental et culturel. Même si vous abordez souvent un tel art, lorsque vous avez un malaise intérieur, il est essentiel d’avoir toujours une sensibilité au fond du bon sens. De ce point de vue, j’ai eu l’occasion de toucher de mes propres mains, beaucoup de superficialité et de superstition dignes d’une mentalité médiévale, même des diplômés et des riches : cela témoigne que la culture et l’argent ne sont pas toujours une garantie d’équilibre et de sensibilité… Ils sont en effet les plus agressifs et « dangereux » pour eux et les autres. En ce sens, je me souviens d’un client qui « investissait » dans un saint homme pour deux « gros travaux » : l’un pour rapprocher son ex, l’autre pour se débarrasser d’un sort. Elle a appelé le centre d’appel de l’astrologie, pour savoir bien sûr en amour si elle allait enfin retrouver l’ancien amour à côté d’elle et si elle aurait de la chance. Bref, avec moi, elle me posait des questions « tranquilles », la routine normale, jusque-là désespérée, elle m’avouait qu’elle avait dépensé plus de dix mille euros, pour atteindre son bonheur sans résultat, mais apprenait même que son ancien partenaire, était heureusement fiancée. D’après mes lectures, en fait, j’ai vu beaucoup de contradictions : celle qui avait de la mélancolie en elle mais qui était coincée sur le chemin du retour. Quand une blonde est sortie sur mes cartes, elles ont éclaté en larmes et m’ont tout raconté… Malgré les moqueries évidentes, elle était fermement convaincue qu’elle devait « renforcer » les rituels pour obtenir le résultat. J’ai été choqué par cette détermination : parce que c’était un professeur de niveau qui avait parcouru le monde.

Voyance pour séduire ?

Cependant, lorsque l’amour, la compréhension, le respect, la santé mentale et toutes ces qualités connexes prévalent, il est très facile et simple de parvenir à un accord, parce qu’alors vous recevez aussi de l’aide du plan spirituel qui classe et atténue les difficultés, ce qui rend les gens infectés par de bons sentiments, sans donner lieu aux différences qui découlent principalement du manque d’affection et d’amour entre pairs.

Au contraire, l’absence de ces valeurs fondamentales ne génère que rivalité, rejet, détachement, désillusion, manque de volonté, apathie. On arrive à un état de désaccord qui est discuté par tout, et la porte est laissée ouverte pour que les entités négatives du plan spirituel mettent le reste, implantent le drapeau de guerre, les uns contre les autres, créant parcelles, sectarisme, rumeurs, désunion en un mot. Et en attendant, le travail à faire, l’image sur le terrain, et les esprits de tous générant des désaccords et des découragements qui ne conduisent qu’à la disparition progressive du groupe.

Ne laissons pas cela se produire, travaillons pour notre réforme interne, il n’y en a pas d’autre. Nous le devons à nous-mêmes et au Maître. Pensons que nous échouons dans quelque chose lorsque les choses ne vont pas bien et qu’il y a des événements et des situations malheureux qui mènent à la confusion. Ce n’est pas la faute de la doctrine, c’est la responsabilité de chacun d’entre nous. Cessons d’être un spectacle pour la partie invisible qui joue avec nous, et propitions la vibration positive pour que les protecteurs et les esprits qui veulent nous aider puissent le faire.

La force d’un groupe doit être comprise une fois pour toutes qu’elle repose sur la force et le bon esprit qui préside aux relations de ses composantes. Elle n’est pas basée sur ce que nous savons du spiritisme, mais sur la solidité qu’ils ont acquise en tant que groupe, composante par composante, parce que parmi eux se trouvent l’amour fraternel, la solidarité, la compréhension mutuelle et une amitié authentique. Tous ces facteurs qui ne peuvent être atteints qu’en mettant en pratique la connaissance que la doctrine nous enseigne, réalisée individuellement, avec le travail interne et responsable de chacun, sont ceux qui font durer le groupe dans le temps, et que les objectifs réels assumés ne sont pas négligés.

En même temps, ce sont ces facteurs qui font que les autres sont atteints, parce que l’authenticité est transmise, une expérience est transmise qui ne peut pas être transmise par des livres ou des rencontres, elle est transmise d’une manière un à un, en laissant le cœur et en ayant de l’empathie avec les autres. Cela et aucun autre n’est la force d’un groupe, qui se transmet à travers les pores de la peau d’avoir déjà acquis certaines valeurs et ont été en mesure de pénétrer dans l’ensemble.

Tout cela et bien d’autres choses encore peuvent être acquises grâce au respect, à la tolérance et à la compréhension.

Voyance pour sauver mon couple ?

Que se passe-t-il lorsque tous les membres d’un groupe s’y rendent vers leur chemin : qu’il y a du respect et que l’opinion de chacun est prise en compte, et que chacun reçoit l’attention qu’il mérite, avec l’éducation et le traitement conformes à la morale chrétienne. Il arrive que tout se passe beaucoup mieux, il n’y a pas d’affrontements parce qu’il n’y a pas de rivalité. Il n’y a pas de bagarres, car les problèmes et les décisions sont discutés dans le cadre d’un dialogue constructif, dans une perspective globale, sans que personne ne prétende avoir raison. Il n’y a pas de malentendu, car les points de vue exprimés sont raisonnés, plaçant la compréhension et le respect des personnes au-dessus des autres questions. Il n’y a pas de colère, parce qu’il y a de l’affection.

Que nous arrive-t-il lorsque nous sommes traités avec tant d’estime et de considération ? Que nous venions, que nous nous sentions aimés, respectés, que notre estime de soi grandisse, qu’un état de bonheur et d’harmonie nous saisisse, que par la loi naturelle nous nous sentions obligés de la rembourser de la même manière, c’est l’important : l’amour et l’affection nous donnent assez de force et de motivation pour sentir l’obligation de la rembourser au même groupe et à la société dans son ensemble.

Quand nous sommes maltraités, c’est le contraire qui se produit, nous ressentons un sentiment de mépris, de grief, de désir de jeter l’éponge, et parfois un sentiment de ressentiment ou de mauvaise volonté est généré en nous, qui nous conduit à la stagnation spirituelle et à devenir un obstacle pour le groupe, un obstacle au lieu d’être une aide.

Bref, c’est un exercice de coexistence pacifique, démocratique, harmonieuse, et surtout, nous essayons tous de nous maîtriser, en évitant que le personnalisme, la vanité ou l’amour-propre nous conduisent à des actions, des pensées et des sentiments qui engendrent la discorde, une mauvaise ambiance et, pire encore, des dissensions en groupes par des questions minimales et sans transcendance.

Comprendre, c’est trouver une justification… C’est ce dont nous avons souvent besoin, « nous mettre à la place des autres » pour comprendre pourquoi une personne travaille d’une certaine manière, et a ses opinions sur quelque chose. C’est alors, à partir de cette compréhension, que nous pouvons faire appel au bon sens, à la sensibilité, et essayer de parvenir à un accord mutuel, par l’amour et la compréhension. Sans un tel amour, dans la plupart des cas, il est très difficile de converger et de mener à bien les critères.

Voyance datée

La compréhension de cette réalité a fait comprendre à des millions et des millions de personnes en Occident que, quels que soient les rites, les principes ou les dogmes des religions professés par la culture, le système de croyances ou leurs propres convictions, Dieu a atteint une nouvelle dimension de l’âme humaine. Ces derniers, créés à l’image et à la ressemblance des premiers, apparaissent comme un digne héritier des attributs divins, avec la nécessité de les développer pour atteindre leur propre bonheur.

Tout cela sous deux principes indiscutables encadrés dans les lois divines : le libre arbitre et la responsabilité individuelle. Les deux questions conditionnaient fortement certains principes religieux, qui affirmaient que pour atteindre le ciel ou se sauver de l’enfer, il suffisait d’avoir la foi, de confesser ou de suivre certains sacrements de toute religion dispensés par des hommes qui s’arrogeaient le pouvoir de pardonner « au nom de Dieu ».

Cela a été fortement détruit par la raison, la logique et les lois spirituelles que Jésus a découvertes pour l’évolution de l’âme. Ce n’est pas que la foi ou les sacrements aient été des obstacles, bien au contraire, mais ils n’ont pas été la clé qui a permis le salut de l’âme ou sa régénération morale. Cette dernière a été trouvée dans les postulats vécus et pratiqués de « l’Amour de Dieu et du prochain ». Et en dehors de cela, toute foi, confession, autorité religieuse ou sacrement qui n’envisageait pas ce principe était absolument sacrifiable et inutile pour obtenir la rédemption de l’âme humaine.

C’est alors que l’être incarné et désincarné, dans les étapes qui passent d’une vie à l’autre sur Terre, a pris pleinement conscience de l’importance de corriger ses erreurs, d’éliminer ses dettes et d’embrasser définitivement les « mérites » que l’âme devait conquérir, par ses actes, pour se libérer de la souffrance, de l’ignorance et des erreurs qui le conduiraient à une nouvelle étape plus heureuse et plus heureuse demain.

Voyance et Karma

La catharsis que l’exemple de Jésus signifiait pour l’âme humaine de millions d’êtres, a sans doute provoqué le début d’une nouvelle étape dans la trajectoire que l’esprit incarné devait affronter.

A partir de ce moment, l’âme humaine, dans un état incarné ou désincarné, a commencé à comprendre quelque chose d’indispensable pour sa régénération et son évolution ultérieure : il y a une justice, parfaite et immuable, qui rend à l’homme ce qu’il fait à ses semblables, maintenant ou après.

Comprendre qu’il n’y a pas d’arbitraire ou d’injustice, comme le disait Maître Galilée dans sa citation « A chacun selon ses œuvres », constituait la leçon essentielle pour que ceux qui voulaient changer pour le mieux puissent se libérer de l’ignorance et de l’erreur, ou du primitivisme ancestral qu’ils traînaient encore, reconsidérant leurs positions devant la vie et dans leur rapport aux autres.

Ni les préceptes religieux – qui menacent les châtiments éternels – ni le conditionnement culturel ou social, qui incitent l’homme à donner libre cours à ses ambitions indépendamment des droits d’autrui, ne justifient les crimes, aberrations ou violences de toute nature qui pourraient se justifier selon les critères du bien commun (systèmes de croyances) ou les préceptes dogmatiques ou religieux.

Rien ne serait plus pareil ; l’âme humaine restait ainsi devant le miroir d’elle-même, des lois que Dieu lui avait créées, totalement juste, égale pour tous et directement responsable de ses actes. Comme dans tout processus de croissance et de développement, il y a eu des millions de personnes qui ont accepté avec joie cette nouvelle étape d’Amour et de Justice parfaite qui a remplacé l’ancienne ère du Dieu courroucé, cruel et vengeur qui condamne éternellement.

En quelques siècles, le rationalisme et quelques courants de pensée ont permis de démystifier les concepts religieux les plus absurdes sur ce Dieu inexistant de l’Ancien Testament qui n’avait rien à voir avec celui que Jésus a présenté à l’homme : un père bon et éternel, qui traite ses enfants de la même façon et leur donne les opportunités nécessaires (plusieurs vies) pour que leur âme puisse atteindre la lumière et le bonheur auxquels elle est destinée par ses mérites propres.

Signe astrologique Poisson

Le Poisson n’est pas un sédentaire, un vivant enraciné dans le réel. C’est un nomade, un promeneur solitaire, un voyageur qui ne tient pas en place, un vagabond étourdi qui aime le mouvement, les déplacements, le changement, l’évasion, la vie qu’on mène comme une course folle. Evidemment ces caractéristiques empruntent la plupart de leurs traits au symbole qui représente le signe mais on peut con-sidérer que leur spécificité correspond à une certaine réalité des choses.

Jupiter et Neptune dominent les Poissons. Jupiter, roi de l’Olympe, symbole de la sérénité et de la plénitude ne domine pas le signe en priorité. Au contraire c’est Neptune, le Poséidon des Grecs, fils de Saturne et frère de Jupiter, qui l’influence profondément et conditionne son comportement général, ses attitudes et son caractère. Extrêmement fluide, variable, contradictoire, souvent inorganisé, impulsif, feu follet et brouillon, le Poisson est le vrai fils de Neptune. Personnalité multiple, riche, éparpillée et nettement décentralisée, le Poisson manque d’équilibre et de cohérence.

La conscience du « moi » en lui est peu développée. En fait, c’est un homme perpétuellement à la recherche de son identité. Il vit fréquemment au milieu du désordre et du laisser-aller. Sa vie psychique est compliquée, complexe, con-fuse, embrouillée et tumultueuse. Il est fuyant, insaisissable, imprévisible dans ses réactions et particulièrement déconcertant. Il manque d’assurance, ne sait pas s’appuyer sur des certitudes, a tendance à vivre dans une certaine mythomanie. Ennemi de l’engagement, des idées figées, du quotidien et très anti-conformiste, il se réfugie souvent dans l’irréalité. Mi-introverti et mi-extraverti, il ne sait pas organiser sa vie autour d’un centre de conduite.